Au fil de l'eau...

Quelques articles, vidéos, réflexions...

Autour du mot « puissance »

par: Catégories: A propos de la méthode,Cognition in corpore Commentaire : 0 commentaire

 
Me voilà plongé dans le livre Votre cerveau n’a pas fini de vous étonner, que je vous conseille. Pour ne citer que les plus connus, il regroupe des interviews de Boris Cyrulnik, Christophe André et Thierry Janssen, et vous aurez deviné qu’il y est question du cerveau et de ses aptitudes.

© Johan Larson - Fotolia.comEt bing!, à la page 143 j’y découvre la notion d’impuissance apprise. Si j’ai envie de vous en parler, c’est que l’on peut voir la pratique de Feldenkrais comme un antidote ! De quoi s’agit-il ? Pour faire court, si on place des animaux dans des conditions où ils souffrent (par exemple de chocs électriques, oui c’est vilain de la part des expérimentateurs) sans pouvoir faire quoi que ce soit pour améliorer leur situation, eh bien ils entrent dans un état qu’on appellerait dépressif pour les humains : que la situation soit douloureuse ou bien qu’il y ait des occasions de plaisir, la réponse est la même. S’ils pouvaient parler, ils diraient « bof… à quoi bon ? De toute façon je ne suis bon à rien. Je n’y arriverai pas, pourquoi essayer ? ».

Cette expérience trouve sa place dans le champ de la psychologie positive. On y défend que le sentiment de pouvoir se débrouiller et de se sentir capable de s’améliorer n’est pas une caractéristique de la personne seulement (« il/elle est comme ça, c’est dans sa nature… »), mais avant tout de son histoire et des apprentissages qu’elle en a dégagés. Si elle apprend qu’elle ne peut rien faire pour elle-même, elle déprime. Si elle (ré)apprend qu’elle peut s’améliorer, elle retrouve confiance en elle et (re)devient capable de goûter avec joie aux possibilités de plaisir.

Et Feldenkrais dans tout ça ? Si Moshé Feldenkrais a intitulé l’un de ses livres The Potent Self, ce n’est pas un hasard ! Mais ce qui est fâcheux, c’est que le titre se traduit difficilement en français. Il a même été traduit de façon très discutable en La Puissance du Moi. On peut reprocher à cette traduction les deux choses suivantes :

  • en français, le mot puissance mélange ce que l’anglais distingue. Entre la puissance mécanique (power – powerful) et la capacité à croître, à se développer et à avoir un effet puissant sur les choses (potency – potent), il y a un monde !
  • pourquoi parler du moi, qui oriente l’attention vers les actions volontaires, plutôt que de soi, où la totalité de l’individu intervient ?

Alors proposons un nouveau titre : Oui, vous pouvez ! Beautiful teenager girl laughing in a green meadow

La plupart des leçons de Feldenkrais sont autant d’antidotes à l’impuissance acquise. Quand vous essayez quelque chose que vous ne savez pas faire et que le(la) praticien(ne) vous guide dans vos expériences pour trouver une solution, c’est vous qui avez trouvé. Pour la plupart des praticiens, c’est une priorité que vous sentiez la joie d’avoir trouvé vous-même, que c’est votre autonomie qui se développe, et que ce n’est pas une injonction extérieure qui a organisé votre action mais bien une autorité interne. Vous avez trouvé un chemin qui vous plaît, c’est le vôtre et vous êtes libre d’en ajuster les détails car vous sentez ce qui améliore ou dégrade la qualité du résultat.

Ce n’est pas une promesse de vous métamorphoser en monstre insatiable, qui abat toutes les résistances et qui est hyperactif (vous remarquerez que ce portrait n’est pas très positif). Mais la pratique développe une douce confiance en soi, chaque jour un peu plus, y compris dans les moments où ça ne va pas. En effet, quoi de plus rassurant que la sensation que l’on peut cohabiter avec ses difficultés en attendant d’en résoudre quelques-unes, à son rythme, souvent au hasard d’une nouvelle prise de conscience ?

Si je vous écris tout cela, c’est que je me régale avec Feldenkrais… que direz-vous d’y goûter aussi ? Mais attention ! Si la potion ne convient pas à tout le monde, elle est addictive pour de nombreuses personnes ! Heureusement, elle prépare à toutes les activités que vous aimez. Feldenkrais comme ferment pour aller vers vos rêves, c’est un joli programme, non ?

Si c’est aujourd’hui que vous décidez de vous y mettre,

Bonne pratique !

Capture d’écran 2014-03-28 à 13.54.49